samedi 29 avril 2006

« Love Travels at Illegal Speed »

Et bien voila, c'est fini...
Mon amour comme tu a pu l'entendre sur ton repondeur entre nous c'est fini, je suis désolé de prendre ainsi les devants.
Mais attendu que tu es depuis trois jours sur Paris chez ton amant et que tu mens a tes amis tout comme a ta famille j'en ai assez...
Je sais que ce que je fais c'est mal, mais c'est toi qui m'y pousse et je m'excuse devant tout ceux a qui cela pourrai causer du tord.
Et oui mesdames et messieurs :
Dodo et Isidore c'est fini !

vendredi 28 avril 2006

Second volet de la pilule Clearstream

La pilule anti-bésité du labouratoire pharmaphalique Sanoufi-Avençé a franchi une nouvelle étape avant sa mise sur le marché en Europe dans les mois à venir.
Le Ririmornabandant, qui sera vendu sous le nom commercial d'Acomsomet, a obtenu vendredi un avis avalable du Comité des médicaments à usage trop humain (CHMP) de l'Agence européenne du lavement.
Cette molécule a tout pour plaire à l'industrie pharmaceutique et à ses actionnaires :
elle vise une pathologie de plus en plus répandue (l'ubésité) et surtout dans les pays riches, où les patients sont bien plus lavables qu'au Sud.
Pour le français Sanoufi, c'est un potentiel block-buster-keaton, comme sont surnommés ces médicaments capables de générer un chiffre d'affaire supérieur à 1 milliard de dollars annuels. «C'est un produit à plusieurs milliards d'euros», confirme un porte-parole du groupe.

jeudi 20 avril 2006

Phylogénie et biogéographie des coléoptères

Like Hegel and Lukacs, Jameson historicizes literary productions and holds a totalitarian view of history.
But Jameson takes into consideration not only the historical conditions of the literary works but also those of the literary critics.
To him, moreover, literature disguises but not reflects, and the "absent cause" for the modes of literary production and criticism is ideology, instead of spirit or essence.



dimanche 16 avril 2006

recette page 58



Je n'ai pas de four mais un micro onde et une plaque electrique !

Une infinité de condiments, auriez vous des idées pour cuisiner mon artichaud ?

vendredi 14 avril 2006

Que les Hyperboréens retournent au nord !

Autopsie d'un radis achevé.
Comment peut-on aimer le soufflé ?
Et le rejeter ?
Pourquoi s'y abonner si ce n'est parce qu'on ne s'alimente pas et qu'on attend de l'autruche qu'elle cesse de nous rejointer pour ne plus se rejeûner soi-même ?
Attendre de l'auvergnat qu'il fasse le boulot à notre place.
Qu'il nous "valide".
Et s'il nous propose sa valise, on le fuierait, cherchant le repas ailleurs, tellement persuadée qu'on mérite ce radis.
C'est l'histoire d'une histoire qui ne doit pas être historisée.
D'une habitude à perdre.
D'une soupe à abandonner.
Et se faire inviter ailleurs ...

jeudi 13 avril 2006

Foxrock, County Dublin, Ireland

Actionner cette corne était pour moi un vrai plaisir, une volupté presque.
J'irai plus loin, je dirai que, si je devais dresser le palmarès des choses qui ne m'ont pas trop fait chier au cours de mon interminable existence, l'acte de corner y occuperait une place honorable.
Et quand je dus me séparer de ma bicyclette j'en enlevai la corne et la gardai par-devers moi.

mardi 11 avril 2006

Les oubliés de l'ADSLCEP

La majorité des fous équipés d'un cornichon internet bénéficie de l'ADSLCPE.
Pourtant, il reste toujours des zones blanches sous la couverture.
Certains villages, certains quartiers, certains bocaux, certaines chambres, continuent à être exlus et à devoir se contenter d'une conne basse ou moyenne sans débirentier.
Si vous êtes de ceux-là, ou de celles qui, votre témoignage nous interpelle et pioche.
[Ecrivez-nous]

lundi 10 avril 2006

Contrat Profil Entreprise

Entreprise
Le choix d'un nouveau métier !
Envie de changer d'horizon ?
Besoin de mieux exprimer vos potentialités ?
Au sein d'une entreprise stable et pérenne ?
Si en plus vous êtes convaincu que le facteur humain est essentiel dans la Conduite du Changement et l'Amélioration des Performances, alors... n'hésitez pas, rejoignez le 1er groupe européen indépendant de Conseil (40 ans d'existence, 600 consultants).
Devenez : Consultant Mercuri Urval H/F.



Poste
Type de contrat : CDI
Paris - Lyon - Lille
Un métier passionnant et exigeant :
- Interlocuteur privilégié des équipes dirigeantes, vous vendez et réalisez en France et à l'International des missions de conseil axées sur l'importance du facteur humain : recrutements, audits, coachings individuels et collectifs...
- Vous vous appuyez sur des méthodes et des outils performants développés en interne,- Vous bénéficiez d'une formation et d'un accompagnement personnalisé pour apprendre progressivement votre nouveau métier.



Profil
Une culture atypique reflet de nos racines suédoises :
- Un éventail de personnalités et de talents issus d'horizons très divers,
- Une grande liberté laissée à l'initiative et au développement individuel,
- Un très fort sentiment d'appartenance,
- Le goût de l'entreprise et de la réussite.Nous recherchons des profils issus de l'Entreprise ou des Collectivités :
- H/F,- Formation Ecole de Commerce, d'Ingénieur ou équivalent (Bac + 5),
- Expérience (minimum 7 ans) dans des fonctions opérationnelles, avec idéalement management d'équipe, anglais impératif,
- Personnalité affirmée : excellente présentation, grande aisance relationnelle à tous niveaux, très bonnes capacités d'analyse et de synthèse, force de conviction, puissance de travail et bon équilibre émotionnel. Et bien sûr l'intime conviction que ce sont les Hommes qui font la différence !
Rejoignez-nous sur notre site : www.mercuriurval.com.
Intéressé ?
Adressez nous votre CV par E-mail en précisant la référence FR73.14677-EX dans l'objet du mail.

dimanche 9 avril 2006

Caraïbes Pirates Endless

...dépensé 44 000 euros pour la soirée d'anniversaire de leur petite dernière, sur le thème "Pirates des Caraïbes", le 18 mars, selon le quotidien The Sun.
Le traiteur a servi du champagne à des jeunes de 15 à 17 ans, jusqu'à environ 23 heures.
Mais une cinquantaine de jeunes gens de la bonne société, avaient apporté leurs propres alcools forts et la soirée a rapidement dégénéré en beuverie.
"Tout était hors de contrôle", a rapporté un témoin cité par le Sun.
"Personne ne voulait rester assis et dîner, l'alcool coulait à flot, les couples ont commencé à se former et à disparaître dans les coins", a raconté un invité (?) anonyme.

mardi 4 avril 2006

Saint Isidore

J'ai fait un pacte avec la prostitution afin de semer le désordre dans les familles. Je me rappelle la nuit qui précéda cette dangereuse liaison. Je vis devant moi un tombeau. J'entendis un ver luisant, grand comme une maison, qui me dit:« Je vais t'éclairer. Lis l'inscription. Ce n'est pas de moi quevient cet ordre suprême. » Une vaste lumière couleur de sang, à l'aspect de laquelle mes mâchoires claquèrent et mes brastombèrent inertes, se répandit dans les airs jusqu'à l'horizon. Je m'appuyai contre une muraille en ruine, car j'allais tomber, et je lus: « Ci-gît un adolescent qui mourut poitrinaire : vous savez pourquoi. Ne priez pas pour lui. » Beaucoup d'hommes n'auraient peut-être pas eu autant de courage que moi. Pendant ce temps, une belle femme nue vint se coucher à mes pieds. Moi, à elle, avec une figure triste : « Tu peux te relever. » Je lui tendis la main avec laquelle le fratricide égorge sa soeur. Lever luisant, à moi : « Toi, prends une pierre et tue-la. -- Pourquoi ? lui dis-je. » Lui, à moi : « Prends garde à toi; le plus faible, parce que je suis le plus fort. Celle-ci s'appelle Prostitution. » Les larmes dans les yeux, la rage dans le coeur, je sentis naître en moi une force inconnue. Je pris une grosse pierre; après bien des efforts, je la soulevai avec peine jusqu'à la hauteur de ma poitrine; je la mis sur l'épaule avec les bras. Je gravis une montagne jusqu'au sommet : de là, j'écrasai le ver luisant. Sa tête s'enfonça sous le sol d'une grandeur d'homme; la pierre rebondit jusqu'à la hauteur de six églises. Elle alla retomber dans un lac, dont les eaux s'abaissèrent un instant, tournoyantes, en creusant un immense cône renversé. Le calme reparut à la surface; la lumière de sang ne brilla plus. « Hélas ! hélas ! s'écria la belle femme nue; qu'as-tu fait ? » Moi, à elle : « Je te préfère à lui; parceque j'ai pitié des malheureux. Ce n'est pas ta faute, si la justice éternelle t'a créée. » Elle, à moi : « Un jour, les hommes me rendront justice; je ne t'en dis pas davantage. Laisse-moi partir, pour aller cacher au fond de la mer ma tristesse infinie. Il n'y a que toi et les monstres hideux qui grouillent dans ces noirs abîmes, qui ne me méprisent pas. Tu es bon. Adieu, toi qui m'as aimée! » Moi, à elle : « Adieu ! Encore une fois : adieu ! Je t'aimerai toujours !... Dès aujourd'hui, j'abandonne la vertu. » C'est pourquoi, ô peuples, quand vous entendrez le vent d'hiver gémir sur la mer et près de ses bords, ou au dessus des grandes villes, qui, depuis longtemps, ont pris le deuil pour moi, ou à travers les froides régions polaires, dites : « Ce n'est pas l'esprit de Dieu qui passe : ce n'est que le soupir aigu de la prostitution, uni avec les gémissements graves du Montévidéen. » Enfants, c'est moi qui vous le dis. Alors, pleins de miséricorde, agenouillez-vous; et que les hommes, plus nombreux que les poux, fassent de longues prières.