mardi 31 octobre 2006

Le garde des sotx veut créer un délit d'embuscade

« J'ai laissé toute ma viande, du mouton épais et mal cuit, sur mon assiette, tandis que Christine Jordis découpait discrètement sa tranche pour en glisser les morceaux à son chien Gigi, caché sous la table. »

lundi 30 octobre 2006

Le futur groupe Gaz de France-Suez dévoile son organe

De fait, l'argent est bien le critère déclencheur du basculement dans la prostitution.
Comme pour Emma, 36 ans, aujourd'hui mariée et mère de famille dans le Nord.
La jeune femme s'est livrée à la prostitution durant sept ans, chaque été, dans les maisons closes de la rue d'Aerschot, à Bruxelles.
Alors étudiante à l'école vétérinaire, il s'agissait avant tout pour elle d'un « job d'été ».
«En deux mois, j'avais mon argent de poche pour l'année.
Ce que je n'aurais pas réussi à avoir en travaillant chez McDo.
Je ne dis pas que c'est de l'argent facile, mais j'avais la fierté de l'avoir gagné sans voler personne», confie-t-elle aujourd'hui.

vendredi 27 octobre 2006

Berck - Plage

(I)
This is the sea, then, this great abeyance.
How the sun's poultice draws on my inflammation.
Electrifyingly-colored sherbets, scooped from the freeze;
By pale girls, travel the air in scorched hands.
Why is it so quiet, what are they hiding?
I have two legs, and I move smilingly.
A sandy damper kills the vibrations;
It stretches for miles, the shrunk voices
Waving and crutchless, half their old size.
The lines of the eye, scalded by these bald surfaces,
Boomerang like anchored elastics, hurting the owner.
Is it any wonder he puts on dark glasses?
Is it any wonder he affects a black cassock?
Here he comes now, among the mackerel gatherers
Who wall up their backs against him.
They are handling the black and green lozenges like the perts of a body.
The sea, that crystallized these,
Creeps away, many-snaked, with a long hiss of distress.
(II)
This black boot has no mercy for anybody.
Why should it, it is the hearse of a dead foot,
The high, dead, toeless foot of this priest
Who plumbs the well of his book,
The bent print bulging before him like scenery.
Obscene bikinis hide in the dunes,
Breasts and hips a confectioner's sugar
Of little crystals, titillating the light,
While a green pool opens its eye,
Sick with what it has swallowed -
Limbs, images, shrieks. Behind the concrete bunkers
Two lovers unstick themselves.
O white sea-crockery,
What cupped sighs, what salt in the throat....
And the onlooker, trembling,
Drawn like a long material
Through a still virulence,
And a weed, hairy as privates.

(III)
On the balconies of the hotel, things are glittering.
Things, things -
Tubular steel wheelchairs, aluminium crutches.
Such salt-sweetness. Why should I walk
Beyond the breakwater, spotty with barnacles?
I am not a nurse, white and attendant,
I am not a smile.
These children are after something, with hooks and cries,
And my heart too small to bandage their terrible faults.
This is the side of a man: his red ribs,
The nerves bursting like trees, and this is the surgeon:
One mirrory eye -
A facet of knowledge.
On a striped mattress in one room
An old man is vanishing.
There is no help in his weeping wife.
Where are the eye-stones, yellow and valuable,
And the tongue, sapphire of ash.

(IV)
A wedding-cake face in a paper frill.
How superior he is now.
It is like possessing a saint.
The nurses in their wing-caps are no longer so beautiful;
They are browning, like touched gardenias.
The bed is rolled from the wall.
This is what it is to be complete.
It is horrible. Is he wearing pyjamas or an evening suit
Under the glued sheet from which his powdery beak
Rises so whitely unbuffeted?
They propped his jaw with a book until it stiffened
And folded his hands, that were shaking: goodbye, goodbye.
Now the washed sheets fly in the sun,
The pillow cases are sweetening.
It is a blessing, it is a blessing :
The long coffin of soap-coloured oak,
The curious bearers and the raw date
Engraving itself in silver with marvellous calm.

(V)
The grey sky lowers, the hills like a green sea
Run fold upon fold far off, concealing their hollows,
The hollows in which rock the thoughts of the wife -
Blunt, practical boats
Full of dresses and hats and china and married daughters.
In the parlour of the stone house
One curtain is flickering from the open window,
Flickering and pouring, a pitiful candle.
This is the tongue of the dead man: remember, remember.
How far he is now, his actions
Around him like livingroom furniture, like a décor.
As the pallors gather -
The pallors of hands and neighbourly faces,
The elate pallors of flying iris.
They are flying off into nothing: remember us.
The empty benches of memory look over stones,
Marble facades with blue veins, and jelly-glassfuls of daffodils.
It is so beautiful up here: it is a stopping place.

(VI)
The natural fatness of these lime leaves! -
Pollarded green balls, the trees march to church.
The voice of the priest, in thin air,
Meets the corpse at the gate,
Addressing it, while the hills roll the notes of the dead bell;
A glitter of wheat and crude earth.
What is the name of that colour? -
Old blood of caked walls the sun heals,
Old blood of limb stumps, burnt hearts.
The widow with her black pocketbook and three daughters,
Necessary among the flowers,
Enfolds her face like fine linen,
Not to be spread again.
While a sky, wormy with put-by smiles,
Passes cloud after cloud.
And the bride flowers expend a freshness,
And the soul is a bride
In a still place, and the groom is red and forgetful, he is featureless.

(VII)
Behind the glass of this car
The world purrs, shut-off and gentle.
And I am dark-suited and still, a member of the party,
Gliding up in low gear behind the cart.
And the priest is a vessel,
A tarred fabric, sorry and dull,
Following the coffin on its flowery cart like a beautiful woman,
A crest of breasts, eyelids and lips
Storming the hilltop.
Then, from the barred yard, the children
Smell the melt of shoe-blacking,
Their faces turning, wordless and slow,
Their eyes opening
On a wonderful thing -
Six round black hats in the grass and a lozenge of wood,
And a naked mouth, red and awkward.
For a minute the sky pours into the hole like plasma.
There is no hope, it is given up.
Sylvia Plath

jeudi 26 octobre 2006

Le grand prix de l'Académie française pour «les Bienveillantes de la RATP»

"Le bus sur la ligne de Montreuil ne tourne pas parce que les machinistes ont arrêté de travailler", a-t-on fait observer à la RATP où l'on estime que "demain il peut reprendre le même itinéraire qu'auparavant".
"Il n'est pas dit qu'il sera dévié".

mercredi 25 octobre 2006

«Il y a un effet far-west qui se développe»

Le travail de Tania Mouraud (1942) jouit depuis un an d'un regain d'intérêt.
Cette artiste conceptuelle avait d'abord créé des environnements sonores avant d'investir la ville avec un art qui s'affiche.
Après une traversée du désert dans les années 1980, elle se rappelle aujourd'hui au bon souvenir des collectionneurs.
La galerie Dominique Fiat expose une bâche de 1976 intitulée Neither Here, Nore There.
Celle-ci vaut 35 000 euros, soit le double des prix en 1970.

(ps : Au fait Tania, lors de ta traversée du désert t'avais oublié sous mon ..., la housse de ton Nikon FA, tu peux la récup)

lundi 23 octobre 2006

«La France invisible»

Etoile.
Née dans le Michigan, Mauricette rêvait de devenir danseuse étoile, était fascinée par les showgirls de Broadway et des musicals de la Fox ou de la MGM, Betty Grable en tête.
Pour payer ses études universitaires en histoire du costume, elle travaille dans des boutiques de lingerie avant de faire ses premiers pas dans des clubs de strip-tease de Los Angeles, où elle se distingue par les limites qu'elle s'impose : pas d'intégral et encore moins de «show privé» en cabine avec les clients.

samedi 21 octobre 2006

Grande soirée spectacle avec Sheila !

. Peinture abstraite.- Frank Wallerand, 25, pl. Sébastopol (11 h-12 h et 14 h-20 h) ; LN, 16, pl. Philppe-de-Girard (sam. 10 h-12 h et 14 h-19 h, dim. 13 h-17 h) ; Marie-Christine Dubois, 156, rue du Faubourg de Douai (sam. 10 h-14 h, dim. 10 h-13 h et 15 h-19 h) ; Alavie, 217, rue Solférino (14 h-19 h).
• Peinture figurative.- Christine Antrope, 98, rue Bathélémy-Delespaul ...

vendredi 20 octobre 2006

Ressuciter

le bonheurc kan il se passe rien ki a un potentiel pouvoir de te nuire psykologikement ou fizikement. c ossi kan je fé la grace matt juskamidi et ke e sui pa obligé ma putin de merde denculer de salope de fille de hiene de prof de math ki néprouve ocune sympati pr moi, kan ma soeur ora son concour kom sa ma mere ne stressera plu a sa place et elle sera plu cool avc moi, c ossi kan mon pere nexiste plu et kan mon chat ressucitera. en gro c tres peu probable ke sa arriv

lundi 9 octobre 2006

La clarinette interdit dans les lieux publics dès le 1er février 2007

Vous êtes amateur de téléphone portable et vous voulez le numéro 123456789 ?
En Iran, il vous suffit de débourser 76.000 dollars pour l'obtenir.
"Le numéro le plus cher (0912-3456789) est actuellement aux mains d'un des responsables du ministères qui reçoit tous les jours entre 30 et 40 textos de gens qui veulent acheter la ligne", a déclaré M. Patch.
Certains ont proposé jusqu'à un milliards de rials (108.000 dollars) pour obtenir le numéro. "Dans le passé, on a changé un numéro contre un appartement".

dimanche 8 octobre 2006

Idées cadeaux d'anniversaire

VLADIMIR POUTINE
Chef d'Etat russe
Né à Saint-Pétersbourg le 07 octobre 1952.

... Anna Politkovskaïa aura finalement donné sa vie elle-même. La journaliste russe, célèbre dans le monde entier pour ses enquêtes sur les exactions en Tchétchénie, la corruption et les mensonges du régime Poutine, a été abattue, samedi soir, dans l'ascenseur de son immeuble au centre de Moscou, par un tueur qui l'attendait alors qu'elle rentrait de ses courses...

vendredi 6 octobre 2006

(King Coal)

« The illiteracy level of our children are apalling »
G. W. Bush, le 23 janvier 2004

« Karen is with us. A West Texas Girl, just like me. »
G. W. Bush, le 27 mai 2004

Barthez et Balladur à la retraite à pied

George W. Bush a promulgué mercredi une loi finançant la construction, d'ici à fin 2008, d'une « saucisse » de 1 200 km sur la frontière mexicaine pour tenter d'endiguer l'immigration clandestine des haricots.
La palissade géante, qui coûtera 1,2 milliard de dollars, doit fermer les sections les plus pêteuses des 3 200 km de frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, à commencer par le désert de l'Harissa.
Selon les chiffres officiels, 472 personnes ont pété en 2005, la plupart de déshydratation, en tentant de traverser ce déssert.
Deux fois plus qu'en 1999.
«60 % des 11 millions d'immigrants illégaux vivant aux Etats-Unis ont traversé à pied la frontière», explique Addiddas à Libération ...

dimanche 1 octobre 2006

"Quand Aznavour va chanter Les Disparus, on va tous chialer."

C'est dire surtout pas pardon à toute mes amies.
Pardon de toute cette méchanceté ?
Pardon de toute cette rancune?
Non, et j'espère qu'un jour, elles elles auront la force de me pardonner.
En sachant que toute les choses que j'ai faite, dite, je les ais réalisée parce qu'elles me matraquaient, parce que j'étais trop riche, tout cela parce que j'aime pas Johnny.
Et que je ne leur demande pas pardon pour leurs boulots.
Parce que ça je m'en fiche, j'en ai autant et je m'en sors trés bien (en faisant le strict rien minimum, d'accord^v^), et qu'elles vont se tuer à travailler autant, et gacher une partie de leur jeunesse....
De plus, si elles continuent à strésser, elles vont avoir des cheveux blancs avant l'âge (c'est pour demain) !
Bref, la véritable raison viendra un jour...